Président Jupitérien : Alpha Condé compte-t-il régner sur l’olympe ?

Alors que la constitution l’accorde de larges prérogatives, Alpha Condé se rêve déjà en président jupitérien. C’est du moins ce qui ressort de ses dernières sorties. Pour appréhender cette nouvelle conception du pouvoir en gestation, braquons furtivement un faisceau de lumière historique sur la Rome antique.
Jupiter est ce maitre du ciel, le meilleur et le plus grand, il a effectivement un mode de gouvernement particulier. Loin d’être un autocrate, il décide de tout, et les autres dieux ne font que l’exécution.
Comme on le voit, l’analogie n’est certes pas l’identité, mais, à observer le président Alpha Condé dans l’exercice du pouvoir, il décide de tout. Il décide de qui est rebelle, et peut aussi ordonner la fermeture de radios qui diffusent le message d’un syndicaliste <>.
Visiblement, l’épilogue de la communication du président est porteur d’un message inquiétant. D’abord, sa promesse d’en finir avec la classe politique est effective. L’opposition autre fois dite républicaine est dorénavant un lointain souvenir. Les mouvements de soutien au président de la république, sans gêne ni honte, foisonnent comme des champignons. Ensuite, la société civile est devenue comme un poisson hors de l’eau. Egalement, une fraction importante du mouvement syndical a fait allégeance au pouvoir.
Alors, l’ultime question devient incontournable: qu’est-ce qui motive les sorties musclées du locataire de Sekhoutoureyah à l’égard de la presse ? Réponse : l’ambition politique. En effet, cet antécédent est corrosif pour les institutions et dégradant pour la gouvernance. Même si l’ambition reste voilée, le prestige et la solidité de l’Etat sont en jeu. Bien conseillé, le président aurait mieux fait de rentrer dans l’histoire par la grande porte. Car, dans la mythologie, les histoires d’amour finissent mal en général.
Par Amadou Tidiane Barry, acteur de la société civile.
E-mail : barrytidiane2012@gmail.com